{PeV} L’univers s’étend plus vite que prévu

On croyait avoir tout vu, tout su, tout lu. Et puis on a appris. Dans les journaux, en Une, sur les réseaux, les gros titres:

« L’univers s’étend plus vite que prévu ».

Mais alors, on avait mal prévu? Mal compté, mal calculé? Où est la sécurité? Les certitudes ont disparu. C’est incroyable, voyez vous, l’univers s’étend plus vite que prévu. Plus vite, si vite, trop vite. Trop vite pour le savoir, le connaitre. Trop vite, trop loin pour l’explorer dans tous les coins. D’ailleurs, l’univers a-t-il des coins?

L’univers, ce tout incommensurable, ne serait donc pas limité à ce que l’on en sait? Qu’y a t-il sur ses bords, ceux qui s’éloignent, qui filent, qui se défilent à nos yeux. Leur faisons-nous si peur qu’ils tentent à tout prix de s’éloigner? Ou bien sont-ils attirés par ce qui se trouve de l’autre côté?

Entendez-vous donc, l’univers s’étend plus vite que prévu!

Et avec lui filent les limites du connu, l’espace intersidéral de notre ignorance, les preuves improbables de notre manque de connaissances.

Devrions-nous en avoir peur? Peur de ces savoirs bancals, de ces erreurs de la science, du vide de l’inconnu? Ou bien choisir de rêver, d’explorer, de croire en la beauté des découvertes?

Nous ouvrir au monde, pour accepter d’être soudain surpris. Et peut-être pourrait-on alors affirmer avec fierté:

L’univers, mon univers, s’étend plus vite que prévu!

 

Et pour ceux qui s’interrogent sur la source de cette {phrase en vrac}, il s’agit d’une vraie actualité scientifique récente : https://www.letemps.ch/sciences/2017/01/26/univers-setend-plus-vite-prevu-faute-lenergie-noire

Publicités